sensations

UN LIEU UNIQUE 

La pointe du Meinga

Location de villa mer plage à saint-coulomb proche saint-malo

ointe du Meinga 

 

Comme un doigt tendu vers l’Angleterre

Un lieu, un vrai lieu 

Un lieu où la mer et la terre cohabitent

Les gris argentés croisent le bleu azur

Le soleil et les nuages jouent à cache-cache

Le sable est fin, les châteaux enfantins, les piscines éphémères.

Les rochers s’abandonnent, caressés par les flots

Souvenirs heureux d’une douceur de vivre 

Coquillages ramassés, pelles et sceaux à la rescousse

Tout au bout du chemin la puissance des courants

L’horizon infini appelle au long voyage

Et de tous les côtés, la mer

Un, puis deux, trois phares, le cap Fréhel, Granville, Chausey  

Un chapelet d’îles

Derrière la pointe du Grouin, la baie du Mont saint Michel

Végétation luxuriante et protégée,

Les fleurs explosent en touches de couleurs 

Contrastent avec l’herbe verte et cultures maraichères

L’eau limpide, émeraude, invite et apprivoise

Le sentier absorbe

Douceur d’un côté et brise de l’autre

A marée montante, la vague à l’énergie poussive en cet après-midi d’été.

Des plages, des plages, des plages

Des Falaises, des dunes, c’est la pointe.

Une énergie retrouvée, marche, nage, pêche tout est simple  

Sensation de bien-être, de quiétude, 

Une respiration, une parenthèse

Un soleil rouge qui plonge en Amérique

Une soirée qui se prépare sur la terrasse 

Incontournables huîtres de Cancale, maquereaux au barbecue, muscadet

Et dernières histoires  devant le mille-feuille de Graine Vanille

Il est tard, très tard ,les bouteilles sont vides

Tout est calme, le bruit de la mer, fenêtre ouverte 

Dans le jardin les pins dominent

Le lit est bon

Bonheur d’une nuit.

Le soleil est déjà haut quand les yeux s’ouvrent à nouveau.

Philippe COLLEU.

P

UN LIEU UNIQUE 

La Villa Meinga

Location grand gîte à saint-malo saint-coulomb
Env. 1970 - un concert D'un groupe irlandaiS

Située à la pointe du Meinga, à Saint-Coulomb, la Villa Meinga est une bâtisse qui date de la fin 19e siècle. 


Imaginée comme lieu de villégiature, à une époque où les congés payés n’existaient pas encore, la propriété descendait jusqu’à la mer. La dune et la lande séparaient la maison de la plage. Trop beau lieu pour ne pas exciter la convoitise des promoteurs immobiliers qui ont imaginé l’improbable.

La Bretagne a toujours su défendre ses côtes. Grâce à l’action des anciens propriétaires Pierre et Elisbeth Freyssinge et leurs amis , le conservatoire du littoral a pris la main sur ce territoire et protège efficacement ce patrimoine naturel.


Deux personnes, Jacky et Kirsten ont marqué l’histoire de cette maison . Dans les années 70 Jacky est arrivé dans cette demeure un peu délaissée au gré du vent et des embruns. Un copain, héritier de cette bâtisse, lui propose d’y séjourner quelque temps. Le lieu est tellement magique qu’il est difficile d’en partir. Avec Kirsten, c’est le début pour le couple d’une aventure extraordinaire, de copains en copains, d’amis en amis, de travaux en modification des lieux, la « fosse » qui correspond au nom du lieudit devient emblématique pour des centaines de personnes, artistes et anonymes, venus de France et des pays voisins. Le couple acquière la propriété qui de fait est devenue leur  lieu de vie et leur outil de travail. Dans cet espace de liberté, de musique, d’écoute, d’amitié, d’attention, tous les étés pendant trente ans une cinquantaine de personnes, artistes et anonymes, seuls ou en famille, partagent la pointe du Meinga et la bienveillance des hôtes . Combien de souvenirs, de rigolades, d’histoire de vie, les murs de cette maison ont-ils entendu ? Cette maison forte de ses bonnes ondes est remplie d’humanité.

En 2003, Jean-Michel découvre le lieu. Il entraîne son frère Philippe dans cette aventure.  Ils rencontrent Jacky et Kirsten avec Djamila, et deviennent les nouveaux propriétaires. D’abord chambres d’hôtes, Jean-Michel continue à recevoir et partager jusqu'en 2013. Philippe et Djamila ont repris le flambeau dans un premier temps depuis Dakar et font vivre cet endroit en le proposant comme gîte et en y passant tous les étés.

Revenus au pays en 2015, ils investissent cette maison pour recevoir amis, famille et résidents d’un moment.

Location Villa de charme en bord de mer

Claquements de portières. Les valises roulent et crissent sur le gravier. Faire retentir la cloche installée sur la façade de la maison. L’entendre résonner et tintinnabuler aussi fortement que celle d’un manoir écossais perdu dans le brouillard d’une campagne profonde. En dodelinant de la tête, tenter un regard au-delà du rideau qui obstrue la vitre de la porte en bois fraichement repeinte de blanc. La pousser. S’asseoir, comme on entre à confesse, sur le banc verni qui accueille le visiteur. En se déchaussant sur les carreaux en céramiques, se délester des soucis du dehors, des drames, des violences du monde et respirer, soulagé comme un enfant raseréné de rentrer à la maison après une expédition solitaire dans la nuit. 

Emmitouflés dans des pulls bien moelleux, drapés dans des plaids, les fidèles compagnons ont répondu présent au rendez-vous des amis de toujours. Accolades, embrassades, retrouvailles, dans une bouffée de bonheurs, déguster un thé parfumé, dévorer un panetonne et rire … Se dire qu’on s’est manqué, se dire qu’on est si bien, se dire que le bonheur sans doute ressemble à çà.

Dans le jardin de style anglais les enfants ont rejoint en courant la barrière qui mène au chemin de la plage comme leurs parents avant eux et demain leurs enfants. Amorcer tous ensemble, la balade du sentier des douaniers en direction de la pointe du Meinga, respirer l’air du large à pleins poumons, se laisse envahir par la salinité des embruns… Inspirer, respirer, s’exclamer… Que c’est beau… Que c’est… de plus en plus beau… Évoquer pour les plus jeunes les pirates malouins et les héros de la route du rhum partis à l’aventure à l’assaut du grand large… Voir leurs yeux s’allumer comme des petits phares brusquement endiablés. 

Leur raconter le blé en herbe de Colette imaginé tout près d’ici, dans la maison du bord de mer, leur chantonner, déclamer plutôt, la Mémoire et la mer de Ferré composée sur l’île Du Gueslin, dernier repaire du vieil anar aux allures de fortification. Leur faire toucher des yeux l’horizon et ressentir combien pour des êtres épris de liberté et d’absolu aucune terre ne peut être plus féconde à la créativité. 

A la nuit tombée, là-haut dans le Bow Window qui fraye avec le ciel étoilé, les petits inventent et mettent en scène un univers merveilleux peuplé de légendes et de sorciers, de corsaires et d’aventuriers. Le spectacle sera bientôt prêt. 

En bas, autour de la solide table en bois et de l’imposant plateau de fruits de mer, graal rituel d’une escapade matinale à Cancale, les grands eux aussi s’échaufferont, inspirés par le petit vin blanc qui cette année encore s’avère goûteux.  Devant la cheminée et le feu qui crépite, refaire le monde, en inventer un nouveau, un plus gai, un meilleur, un monde peuplé d’intelligence, d’échanges, de bienveillance et de rencontres, de lectures, de débats et d’humanité partagée. Devant la cheminée et le feu qui crépite, imaginer les prochaines rencontres, les prochains rendez-vous, ceux des amis, les … Rencontres du Meinga.

Anne-Marie THOMAZEAU.